Le projet de loi 124 restreint les salaires et les droits de négociation des travailleuses et travailleurs du secteur public depuis deux ans en Ontario.

En raison des exceptions consenties par le gouvernement provincial dans des secteurs comme les services de police et d’incendie, ce sont les femmes qui font les frais de cette loi dans les secteurs de l’éducation, des soins de santé et de la fonction publique dans son ensemble. 

Les travailleuses et travailleurs se sont battus contre cette réduction de salaire par des actions directes, des efforts de lobbying et le partage d’expériences personnelles et, maintenant, nous pourrons enfin en témoigner devant le tribunal.

La loi du premier ministre Ford sur les restrictions salariales, le projet de loi 124, a imposé un plafond de rémunération totale de 1 % dans l’ensemble du secteur public de l’Ontario, y compris aux travailleuses et travailleurs syndiqués et non syndiqués. Bon nombre des travailleuses et travailleurs visés par cette loi régressive ont pris de grands risques personnels et nous ont tout de même permis de traverser le pire de la pandémie.

La loi est contestée devant les tribunaux, mais le premier ministre Ford peut, à tout moment, l’abroger et présenter des excuses aux travailleuses et travailleurs. 

Dites au gouvernement de l’Ontario d’abroger le projet de loi 124 maintenant.

Page Components

Passez à l'action

 

 

 

 

Nouvelles